Le don d’ovules ainsi que la gestation pour autrui, laquelle est discutable du point de vue éthique, pourraient constituer les prochaines revendications.

Le don de sperme ne sera plus une exception médicale mais une règle prévue dans la loi, quelles que soient les conséquences pour les enfants.

La présente loi permet aux couples de lesbiennes de recourir au don de sperme, ce qui ne correspond pas à l’intention initiale du Conseil fédéral.

Le mariage entre un homme et une femme est un « privilège » qui repose entre autres sur la biologie. Il ne s’agit pas d’une discrimination.

Seule l’union d’un homme et d’une femme permet de donner la vie, c’est pourquoi il faut protéger cette composante essentielle de la société et de l’État.